Microcred s'implante au Burkina Faso

le 25/05/2016 à 16h08

Vous êtes ici : Accueil > Médias > Actualités > Microcred s'implante au Burkina Faso

Microcred s'implante au Burkina Faso


Interview du Directeur Général de Microcred Burkina Faso, Nicolas Dehoorne



Ouagadougou, le 19 mai 2016


La nouvelle filiale de Microcred au Burkina a reçu son agrément au début du mois de mai et prévoit le démarrage de ses activités au mois de juillet 2016.


Pourriez-vous nous présenter le contexte local de la microfinance ?

Le Burkina Faso est un pays pauvre et enclavé d’Afrique subsaharienne, classé en 2014 183ème sur 187 pays selon l’Indice du Développement Humain publié par le Programme des Nations Unies pour le Développement. Sa population avoisine 19 millions d’habitants aujourd’hui, faisant du Burkina Faso le 2ème pays le plus peuplé de la zone UEMOA (après la Côte d’Ivoire avec 23 millions d’habitants). 


Le taux de bancarisation y reste parmi les plus faibles de la zone avec 13 % de la population seulement titulaire d’un compte dans une institution financière formelle. 





40 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté avec moins d'un dollar par jour. 

Le marché de la microfinance est majoritairement couvert par les institutions mutualistes, notamment par le Réseau des Caisses Populaires du Burkina (RCPB). En 2015, RCPB concentrait à elle seule respectivement 72 % et 85 % des encours de crédit et d’épargne du secteur. 

A noter l’implantation récente d’IMF appartenant à des réseaux internationaux, comme AKAM avec PAMF (implanté depuis 2006) et ACEP qui a débuté ses opérations courant 2013. 
Selon les indicateurs des Systèmes Financiers Décentralisés (SFD) de la BCEAO, le Burkina Faso compte fin 2014, 85 IMF et 402 points de services pour plus de 2 millions de clients. Le montant total des dépôts s’élève à 231 millions d'euros et l’encours des crédits à 168 millions d'euros. 

Pour quelles raisons Microcred s'implante au Burkina Faso? 

Plusieurs raisons expliquent ce choix : 
  • l’offre existante en microfinance reste peu développée, peu attractive et pas toujours adapté aux besoins de la clientèle. Le secteur est dominé par un unique acteur de taille qui semble faire face à des problèmes internes ; 
  • le taux de bancarisation (13%) reste très faible et constitue une réelle opportunité d’investissement ; 
  • le marché d’emprunteurs potentiels est estimé à plus de 160 000 clients dans le pays, dont 95 000 à Ouagadougou uniquement. 

Quels sont les projets de développement ?

Microcred Burkina débutera ses opérations avec la gamme de produits standards du Groupe Microcred. Nous prévoyons de l’élargir progressivement avec d’autres produits et services bancaires comme les transferts, la monétique et la microassurance. Le plafond des crédits, initialement fixé à 25 millions de francs CFA, devrait évoluer en 2017 pour apporter une vraie réponse aux problèmes de financement des PME Burkinabès.